☝️

Réussir à débuter un art journal en quelques étapes simples !

7 décembre 2023
Tous publics

Réussir à débuter un art journal en quelques étapes !

Dans un contexte où chacun et chacune d’entre nous a besoin de s’exprimer librement, de laisser de côté le perfectionnisme, de sortir du burn-out ou de la dépression, il est crucial d’utiliser des outils de soin qui peuvent être réutilisés en dehors de séances d’ergothérapie. Il s’agit du transfert des acquis : les compétences que tu apprends en atelier te servent au quotidien et les soins diffusent et rayonnent dans toutes les sphères de ta vie (vive le modèle personne-occupation-environnement !)

Et oui, l’idée d’un suivi en santé mentale c’est que certaines choses restent en séance, et d’autres sont des outils que l’on peut réutiliser à l’envi !

L’art-journal est, à mon sens, l’un de ces outils géniaux qui font le pont entre l’atelier thérapeutique et le quotidien.

Alors, comment débuter l’art-journal et faire le lien avec ta thérapie ?

Qu’est- ce que l’art journal ?

L’art journal - ou journal d’art- est une succession de pages reliées entre elles, formant un carnet dans lequel tu es invité.e à exprimer ta réalité, tes sensations, tes émotions, ton quotidien par ta créativité.

C’est donc un objet : carnet, livret, cahier… qui te permet de conserver toutes tes créations en un seul endroit. Et aussi, par extension du langage, il s’agit d’une façon de s’exprimer. Et c’est là que cet outil devient un ami dans ta thérapie.

Alors qu’un journal intime reçoit plutôt tes pensées écrites et utilise une seule technique pour t’aider à t’exprimer, l’écriture, un art-journal présente la particularité de t’aider à verbaliser ce que tu vis en ce moment grâce à plusieurs techniques créatives.

Le journal d’art fait le pari de nous aider à nous exprimer en utilisant la créativité sous toutes ses formes et en s’affranchissant des règles et des contraintes liées à une technique unique.

Dans ton art-journal, place aux techniques mixtes, encore nommées mixed media en bon anglais : elles te permettent d’accéder à la pensée métaphorique, aux images et à un sens parfois plus profond que l’utilisation d’une seule technique.

✍️ Je reçois des patients en atelier d’écriture depuis 8 ans et, à chaque fois, la crainte est la même : “je fais des fautes d’orthographe, ce n’est pas pour moi”. La peur de faire des fautes prime sur le fait de pouvoir enfin exprimer sa réalité, de verbaliser autour de ses émotions grâce à un outil merveilleux, l’écriture. Parfois, la réassurance fonctionne et la personne ose pousser la porte de l’atelier. Parfois, non, et c’est dommage.

📘 Pour l’atelier thérapeutique “art-journal”, étrangement j’ai moins d’objections. Pourtant, je pensais que le mot “art” allait intimider les personnes en soins, mais je ne constate pas vraiment ce phénomène.

Pourquoi ? Car la personne comprend rapidement le potentiel des techniques mixtes puisque leur message c’est… “dans cette page, tu fais comme tu veux” ! Très vite, en quelques explications, on perçoit le côté libérateur, fun et amusant des techniques mixtes. C’est intriguant et on a envie de s’y essayer.

Alors, si mes propos t’intriguent, comment peux-tu débuter concrètement ?

Le bon matériel pour débuter l’art-journaling

  1. Dans un premier temps, trouve un carnet. On me demande souvent les dimensions d’un bon art-journal et je réponds toujours : peu importe. Ce qui compte c’est la symbolique du carnet, avec des pages reliées. Le reste, c’est toi qui vois. La sensation de liberté commence ! Et ce n’est que le début car l’art-journal adore laisser les personnes libres de s’exprimer. 🗣️
  2. Ensuite, trouve un espace. Même si le carnet est en lui-même un espace-temps dans lequel tu peux t’éclater rapidement, tu verras en pratiquant qu’autour du carnet il faut de la place pour poser son matériel créatif. L’idéal est d’avoir un bureau mais il n’est pas toujours possible d’avoir ce luxe.

Mon conseil ? Utilise une boîte pour ranger tout ton matériel afin d’avoir tout sous la main rapidement.

Car tu sais quoi ? C’est un peu comme se dire “je vais me mettre au sport, ça me fera du bien”. Si tu mets deux heures à trouver ta tenue, je peux te dire sans guère de risque de me tromper que ta volonté fondra comme neige au soleil ! 🏋️‍♂️

Créer dans son art-journal c’est un peu pareil. Comme c’est du temps pour toi que tu t’octroies, sois bien conscient.e des voleurs de temps : ton environnement, ton entourage ou même toi (🫣). Ce temps pour toi, il y aura toujours une bonne excuse pour le faire sauter… pour quelque chose de soit-disant plus urgent.

Alors prends les devants et organise-toi.

L’idée est de faire ce qu’on veut dans son art-journal, oui, mais je peux te dire que ce n’est pas si simple d’improviser ces temps dans des quotidiens déjà bien chargés. C’est d’ailleurs pour cela que venir en atelier d’ergothérapie est intéressant : c’est un espace-temps carrément bloqué pour TOI.

Donc, la solution : anticipe ! Cale-toi un rendez-vous avec toi-même, sur ton bureau, avec ta boîte créative et tout ton matériel facile à sortir et à utiliser.

  1. Remplis ta boîte de matériel créatif. C’est bien là l’originalité d’un art journal : tu peux y déposer de la peinture, de l’aquarelle, de la gouache, du collage, de l’écriture. C’est ce qu’on appelle les techniques mixtes.

D’un point de vue pratique, il te faut du matériel divers mais pas forcément cher ni sophistiqué (et c’est ça qu’on aime dans l’art-journal ! Pas de prise de tête 😮‍💨)

  • de la peinture acrylique, de la gouache. Les pots de peinture inutilisés de tes enfants ou du matériel peu onéreux fait l’affaire. (T’ai-je dit que l’art-journal adore le recyclage ? Trop tendance ! 🤩)
  • de la peinture aquarelle : tu sais, les ronds de couleurs dans des petites palettes en plastique ? Eh oui, tous les enfants commencent à peindre avec ça ! On y retourne en tant qu’adulte, soit en s’achetant la même palette que dans notre enfance, soit en choisissant une palette avec des couleurs plus nuancées. C’est toi qui vois !

Untitled

  • Des vieux magazines, de la colle et des ciseaux : l’art-journal adore qu’on colle sur ses pages des images découpées, des mots, des expressions, alors ne t’en prive pas !
  • Feutres, crayons de couleur, craies grasses : oui, oui, et oui ! Toutes les techniques sont les bienvenues.
  • Un stylo : c’est ma marque de fabrique en tant qu’ergothérapeute. Je t’invite à toujours noter la date de ta création (regarder son carnet créatif des années après est tout aussi bénéfique en terme de prise de conscience !) et à noter un titre, ou un texte. C’est ma façon à moi de mixer les médias et de te proposer un temps de verbalisation : écris sur ce que tu as vécu, sur ce que tu as créé, sur ce que tu as ressenti dans ta séance et tu auras d’autres réponses à tes questions.

L’art-journal en ergothérapie : comment se passe un atelier en individuel ou en groupe ?

L’art-journal est un outil que j’utilise dans les séances d’ergothérapie car il permet une relation médiatisée, cela signifie qu’il y a un objet de soin entre toi et moi.

Il y a quatre temps dans un atelier d’ergothérapie d’une heure trente.

  • Le temps d’accueil

C’est le moment de prendre ses aises dans l’espace de l’atelier, chacun fait un point sur sa semaine, on prend le temps de se dire bonjour et de se mettre dans l’ambiance créative 😊

  • Le temps de création dans l’art-journal

C’est le moment de créer : tu ouvres ton art-journal, et sur cette double page, tu es libre. Libre de créer dans cet espace-temps rien qu’à toi. En général, ça ne manque pas : au début on est plutôt dans le contrôle, on choisit ses couleurs en conscience, on fait gaffe. Puis la “fièvre créative” s’empare de nous et on laisse tomber le perfectionnisme pour créer dans un genre de transe qu’on appelle l’état de flow. Ce moment où il n’y a plus de temps absorbe tes pensées, tu te déconnectes de la réalité parfois pas simple à vivre et tu te connectes à ton intériorité. Les mains s’agitent et la tête s’apaise dans un tourbillon créatif de couleurs, de découpage, de collage. Dans cette phase, laisse tes mains faire, n’analyse surtout pas, débranche le cerveau et laisse parler ton corps. Si tu as envie de gribouiller, fais-le. Si tu veux coller ces photos ou ce vieux sachet de thé fais-le. Si tu veux tamponner, laisse aller. En gros, le meilleur conseil à donner pour cette étape c’est “lâche-toi la grappe” ! Rien n’est faux, laid, raté : tout est juste, à sa place

  • Le temps d’observation

Quand tu as fini, tu prends du recul sur ce que tu as créé. Le petit rituel qui marque la fin du temps de création et le début du temps d’observation c’est de noter la date. Tu poses un titre ou un texte plus long pour parler de ta séance, c’est un retour tranquille à la réflexion.

  • Le temps de verbalisation en groupe

Tout le monde se montre ses réalisations et explique ce qu’il a vécu. Les autres personnes du groupe utilisent la pensée métaphorique pour “lire” le dessin-collage-écriture de la page. Les associations d’idées naissent ici et permettent de prendre conscience de certains blocages. Et la magie du groupe opère : on y trouve des solutions !

Bonne nouvelle : tu peux utiliser ces quatre étapes pour créer ton propre rituel créatif chez toi.

Comment débuter l’art-journal à la maison ?

À la maison, le carnet d’art-journal s’utilise de la même manière, avec ces quatre temps.

Mais il faut que tu aies conscience de quelque chose de très important : si l’atelier de groupe dure une heure trente, ta séance personnelle peut s’avérer beaucoup plus courte et tu auras tout de même des bénéfices. Dix minutes peuvent même être suffisantes ! 🤗

Ne te mets pas en tête que tu n’as pas le temps de créer à la maison. Au contraire, aménage-toi une boîte créative, un petit coin de bureau ou carrément une pièce et crée chez toi selon ces étapes.

Imagine un peu…

  1. Tu te poses dans ton espace à toi, tranquille, avec ta trousse créative, ta colle et tes magazines.
  2. Tu ouvres ton art-journal et tu prends un belle inspiration naturelle, car tu sais que tu vas t’octroyer un temps pour toi, ultra précieux.
  3. Tu commences à créer, tu lâches tout.
  4. Tu notes la date, un titre, tu te laisses aller à écrire ce que tu as vécu, tu regardes ta création, tu savoures le message de ce que les techniques mixtes ont voulu te dire.
  5. Tu décryptes ce que cette création veut dire pour toi à ce moment de ta vie et tu commences à trouver des solutions !

Petits conseils concernant ta première page de journaling

Tu peux débuter avec un thème, ou choisir une couleur pour commencer. C’est plus facile que de se lancer sur la page blanche (👋 coucou syndrome de la page blanche !). Tu peux aussi créer dans un carnet avec des consignes pour t’aider à débuter.

Tu peux travailler en couches successives : peindre un fond de couleur puis coller des images puis écrire du texte autour de ces images puis coller des mots puis… Tu vois l’idée ? No limit !

 

💡 “Je peux tout faire”, garde ce mantra en tête 😊

 

 

 

Conclusion : commence ton art-journal maintenant

L’art-journal est donc un merveilleux moyen d’expression anti-conformiste. Il met au placard les imperfections car c’est justement son côté brut de décoffrage qui va être enchanteur. Il dégomme aussi les croyances limitantes car il ne s’embarrasse pas de vouloir simplement être “un beau dessin”.

Ce que cet outil veut, c’est de l’expression, de l’authenticité, du vrai.

Et comment il y parvient ?

En t’autorisant à créer sur ses pages en multipliant les techniques et donc en faisant sauter toutes les barrières liées à une technique trop rigide.

Il te permet de contourner tes réticences face à l’écriture et te permet aussi une expression personnelle si tu présentes une dysgraphie ou un trouble qui rend l’écriture compliquée voire impossible (mouvements fins difficiles par exemple). L’art-journal est super adaptable !

Il transcende les façons de faire, il se fiche complètement de ce qu’on nous a appris en terme de bon, de beau, de ce qu’on devrait normalement faire en créativité, du bien, du mal, des normes.

Il adore la liberté, la spontanéité, et franchement, avouons qu’on en a bien besoin, qu’on soit débutant en art ou non !

Comme dans la vie, l’art-journal est truffé d’essais et d’erreurs, de retour en arrière, d’expérimentations. Il te permet de créer à l’abri des regards car il se ferme (grand avantage ! 😄). Il supporte beaucoup de choses : on peut le découper, le peindre, le coller, il résiste !

Grâce à son amour du collage et de la récup’, l’art-journal forme bon ménage avec le recyclage et l’up-cycling ce qui en fait un outil résolument dans l’air du temps !

Il se fiche de savoir si tu es un artiste accompli ou peu importe ton métier, il est un compagnon joyeux, toujours là quand tu en as besoin, toujours prêt à s’ouvrir pour toi et à accueillir tes émotions sous forme de couleurs, peinture, aquarelle ou collages.

Il ne te jugera pas, il te montrera simplement ce que tu as en tête et c’est toi, grâce aux liens avec ta vie actuelle qui pourra comprendre le message de toi à toi-même.

🤺 Il pourfend le perfectionnismequi te pourrit la vie en te suggérant de tourner la page si besoin !

Il accueille tout ce qu’on laisse habituellement dans l’ombre : les émotions, la peur de la mort, les angoisses, les troubles psy.

Il est un journal intime graphique, coloré et unique, comme toi !

Il fait le lien entre tes séances d’ergo et te permet d’avoir accès à un mieux-être facilement et rapidement entre chaque séance.

Il te permet de t’autonomiser et de ne plus dépendre d’un regard extérieur pour comprendre certaines situations qui te sont problématiques.

Il te permet de trouver des solutions et de le faire d’une façon originale, innovante, en utilisant le pouvoir du langage imagé.

Es-tu convaincu.e et rassuré.e ?

Alors, ouvre ton carnet et ose créer !

Si tu as des questions sur la pratique en thérapie ou à la maison, que tu sois débutant ou confirmé, je t’invite à m’écrire via le formulaire de contact !